Survol des parties pouvant être liposculptées

Posté le 15 février 2010

La liposuccion peut se faire à peu près n’importe où sur le corps, là où il y a des tissus graisseux, situés juste sous la peau. On peut même sculpter plusieurs endroits au cours d’une même intervention, par exemple 2, 3 ou rarement 4. Il est très important de savoir comment bien combiner ces différents sites lors d’une même intervention. C’est là qu’un liposculpteur d’expérience pourra être très utile. Mais pourquoi se limiter et ne pas faire le corps en entier en une seule intervention ? Ce serait fini une fois pour toutes !

Eh bien, c’est entre autres à cause de l’anesthésie. La xylocaïne, cet anesthésique local que les dentistes emploient régulièrement, devient toxique au-delà d’une certaine limite. On ne peut donc dépasser, dans ce cas précis, 50 à 60 mg de cette substance par kilogramme de poids corporel. Parfois un seul site, comme par exemple un très gros abdomen, peut exiger à lui seul toute la quantité de xylocaïne qui nous est permise pour une intervention.

On ne peut nier que la liposuccion constitue un traumatisme pour le corps. Il faut minimiser ce traumatisme, savoir le doser de façon à permettre au corps de guérir et de récupérer en toute sécurité. En guise de comparaison, vous savez qu’un corps brûlé sur 20 % de sa superficie n’est pas en danger alors qu’il en serait tout autrement d’une brûlure sur 60 % de la superficie. Ainsi, pour la liposuccion, on considère sécuritaire d’aspirer une quantité de graisse équivalente à 4 ou 6 % du poids total du corps sur une superficie de 20 à 25 %.

Le chirurgien doit user de son expérience et de son discernement pour prendre de sages décisions au bénéfice de son patient.

Pour les citer rapidement, les endroits du corps « liposculptables » sont : le menton, les seins (hommes et femmes), les bras, l’abdomen, le dos, les hanches, les fesses, les cuisses, les mollets, etc.

1° la graisse enlevée ne revient pas. C’est la « théorie adipocytaire de Bjorntorp », décrétant qu’après la puberté, le nombre des cellules graisseuses est fixe.

2° la peau reprend sa place après l’intervention. Les patients disent qu’elle a recollé. Cette deuxième assertion se réalisera d’autant plus que le chirurgien sera habilité à liposculpter, car il existe une façon de travailler qui favorise une bonne rétraction de la peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × 1 =

Dr André Dupuy