Mieux protéger le public par un encadrement approprié

Posté le 23 juin 2010

Mieux protéger le public par un encadrement approprié

J’aimerais faire une mise au point très importante pour que l’on comprenne bien ce que signifie cette nouvelle réglementation.

L’esthétique est un domaine qui a évolué très rapidement et qui a pris beaucoup d’expansion.

De nouveaux instruments, lasers, ultrasons, lampes pulsées, font leur apparition.  Les compagnies font miroiter des résultats et des profits fabuleux avec toutes sortes de nouveaux gadgets ou traitements.

Qui peut faire ceci ou cela ? Avec quel entraînement ? Certaines techniques exigent un médecin, d’autres un chirurgien… Une infirmière peut poser certains gestes comme injecter des varices et une technicienne peut effectuer l’épilation au laser, etc.

C’est tout à fait normal que le Collège des médecins fasse des règlements qui protègent la population, qui ne saurait plus à quel saint se vouer…

Parlons maintenant de chirurgie esthétique, puisque c’est surtout de cela qu’il s’agit, car en cas d’erreurs ou de complications, les conséquences seront beaucoup plus importantes.

En chirurgie esthétique, il existe deux procédures qui sont des électrons libres et qui n’appartiennent à aucune spécialité en propre : ce sont la greffe de cheveux et la liposuccion.

Ces deux procédures ont été découvertes et développées par toutes sortes de spécialités confondues.

Pour la liposuccion, à laquelle je consacre toutes mes énergies depuis  14 ans, ayant déjà effectué plus de 5000 liposuccions, les deux principales spécialités impliquées, si on regarde les statistiques chez nos voisins du Sud, ce sont les plasticiens qui en font 50 % et les dermatologues 33 %.  Les autres 17 % appartiennent à toutes les autres spécialités confondues, gynécologues, omnipraticiens, etc.

Donc, la spécialité en liposuccion n’existe pas.  Il existe des experts en liposuccion qui ne sont pas nécessairement chirurgiens, car la liposuccion, c’est plutôt de la sculpture, et le fait d’être chirurgien n’apporte aucun talent de sculpteur.

D’ailleurs, de nombreuses statistiques indiquent que dans ce domaine, les non-chirurgiens ont beaucoup moins de complications, surtout du fait qu’ils font leurs liposuccions sous anesthésie locale, ce qui est 1000 fois moins dangereux que l’anesthésie générale, d’après le Dr Jeff Klein, dermatologue, inventeur de la tumescence et qui se révèle le liposculpteur le plus significatif au monde, actuellement.

Le meilleur médecin pour effectuer une  liposuccion, c’est le liposculpteur.  La seule façon de devenir liposculpteur, c’est d’en faire beaucoup, beaucoup, beaucoup, car aucun diplôme au monde ne peut garantir du talent en liposuccion.

Une réponse à Mieux protéger le public par un encadrement approprié

  1. Augustina dit :

    Thanks for the great post on your blog, it really gives me an insight on this topic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + un =

Dr André Dupuy